Visiter le Saguenay-Lac-Saint-Jean: : Des réponses à vos questions en lien avec la COVID-19!  Consultez cette page

 

Lac-Saint-Jean

Saint-Bruno 

Profitant de sa localisation stratégique entre le Saguenay et le Lac-Saint-Jean, Saint-Bruno, dont la fondation remonte à 1885, a eu le talent de bien utiliser cet avantage pour se tailler une place enviable dans les secteurs industriel et agricole. On peut y voir la culture de céréales, de fourrage et de graminées à perte de vue. La production laitière est également fort importante. Les grandes fermes laitières se distinguent un peu partout dans le paysage, et sa fromagerie jouit d’une excellente réputation. Par leur sens de l’entrepreneuriat, les Brunois ont aussi favorisé l’implantation de nombreux commerces et entreprises de service. Saint-Bruno connaît maintenant un développement considérable en devenant une nouvelle banlieue adoptée par les familles qui privilégient la qualité de vie à proximité des principaux pôles urbains de la région.

Hébertville 

Berceau de la colonisation du Lac-Saint-Jean, Hébertville a su préserver son patrimoine historique. On vient y faire la découverte du circuit patrimonial tout en expérimentant la réalité augmentée. Le Mont Lac-Vert est aussi un incontournable pour le ski, la glissade sur chambre à air, le vélo à pneus surdimensionnés ou la raquette. Et les motoneigistes ont désormais accès au bistro-bar de la station. C’est l’été? On trouve ici de nombreux sentiers où pratiquer la randonnée pédestre, l’hébertisme, le vélo de montagne et la moto tout-terrain. En octobre, on vient admirer la beauté du paysage lors de la Féérie des couleurs. La visite des fromageries, de l’église et des nombreux attraits patrimoniaux plaira aux petits comme aux grands. À partir d’ici, les cyclistes peuvent rejoindre la Véloroute des Bleuets via le horst de Kénogami. Pour y dormir: gîtes, auberges et Camping Lac-Vert. 

Hébertville-Station

Hébertville-Station est née avec l’arrivée du chemin de fer et des premiers colons, heureux de s’installer pour profiter des plus belles terres de la région. À la suite de trois grands feux qui décimèrent la région, les Hébertstalois s’armeront de courage pour tout reconstruire. À proximité des routes 169 et 170, à 12 minutes d’Alma, Hébertville-Station occupe aujourd’hui une position stratégique au Lac-Saint-Jean. Accueillante, elle est aussi une municipalité nourricière, donnant accès à ses citoyens à des aliments frais et de qualité via la mise en valeur des terres et des producteurs locaux. Mobilisée, la communauté d'Hébertville-Station est fière autant que solidaire. 

Saint-Gédéon

Les plages et les couchers de soleil de Saint-Gédéon de Grandmont font partie de ces merveilles de la nature dont on profite comme d’un précieux cadeau. Lieu de villégiature des plus populaires, cette municipalité fait aussi le bonheur des amateurs de fromages fins, de boulangerie artisanale et de bières de microbrasserie. Nautisme, pêche, voile, kayak, kitesurf, plage, golf et camping font partie du quotidien. Saint-Gédéon dispose d’une marina à la sortie de la Belle-Rivière. Les ornithologues amateurs connaissent le Petit Marais comme un lieu de prédilection pour l’observation de centaines d’espèces d’oiseaux. L’endroit est également une étape agréable sur la Véloroute des Bleuets, offrant plusieurs services aux cyclistes. Des gîtes et une auberge sur le lac vous y accueillent.

Métabetchouan−Lac‑à‑la‑Croix

En ce lieu, que les Ilnus désignaient comme le «point de rencontre», convergent aujourd’hui nombre de visiteurs qui cèdent au charme du secteur. La rive du lac Saint-Jean est facilement accessible par le centre récréotouristique Le Rigolet, doté d’un stationnement qui borde la Véloroute des Bleuets et d’un sentier d’interprétation de 1,5 km. Le Camp Musical offre une programmation de concerts et un belvédère dominant le lac. Dans le secteur Lac-à-la-Croix, on peut visiter le Centre d’interprétation de l’agriculture et de la ruralité. Les géologues amateurs sont comblés à la mine Cristal du Lac. Dans la plaine, l’Arboretum de la presqu’île Croft offre de découvrir la forêt indigène. Ce secteur propose un site de plongée sous-marine en lac et l’accès à une piscine publique chauffée. En été, rassemblez-vous dans le parc Maurice Kirouac pour des spectacles en plein air, sur l’heure du midi. 

Desbiens 

Située sur les bords du lac Saint-Jean, à l’embouchure de la rivière Métabetchouane, la ville de Desbiens possède des attraits naturels, culturels et historiques. Les deux vedettes sont le Parc de la caverne Trou de la Fée, qui conjugue spéléologie, expériences vertigineuses et randonnée, puis le Poste de traite de Desbiens, qui vous plonge aux origines de l’occupation humaine dans la région. À cela s’ajoute La Route des Poteaux, qui présente des personnalités régionales le long de la rue principale. La plage de sable blond de Desbiens invite à la détente, alors que les cyclistes traversent la municipalité sur la Véloroute des Bleuets et que les plus aventuriers s’amusent au H2O Rafting. Ne ratez pas le Festival Desbiens Extrême et le Festival de l’Iceberg. L’hiver est une saison d’action pour les motoneigistes et les pêcheurs sur glace qui taquinent la lott.

Saint-André-du-Lac‑Saint‑Jean

Près de la réserve faunique des Laurentides, Saint-André-du-Lac-Saint-Jean est un charmant hameau traversé par la spectaculaire rivière Métabetchouane où l’on peut voir les vestiges de la vieille pulperie incendiée en 1901. On aime son église villageoise d’architecture cubique autour de laquelle se dressent de jolies maisons traditionnelles au cachet des plus authentiques. L’endroit est parfait pour des aventures à proximité de la nature. On y trouve un kiosque de repos, un petit chalet à louer, une halte de camping ainsi qu’une tour d’observation au pied d’une étonnante chute. Plusieurs producteurs de miel, de fruits et de légumes ouvrent leurs portes aux voyageurs gourmands. La municipalité offre aussi plusieurs services utiles : dépanneur, poste d’essence, restaurant, relais de quad et de motoneige, etc. Ici, la population est solidaire et fière de ses racines.

Chambord

Chambord, carrefour routier et plaque tournante ferroviaire, havre de villégiature et centre de services, est située à la croisée des routes 155 et 169. Nombre d’adeptes de pêche choisissent Chambord pour aller taquiner la ouananiche et le doré jaune. D’autres préfèrent ses plages de sable blond. Les cyclistes profitent de ses vastes perspectives sur le lac et de ses aires champêtres à partir de la Véloroute des Bleuets, dont la section autrefois en bordure de la route a été remplacée par une piste sécuritaire. Le point de vue à partir de la halte routière est spectaculaire. Le Village historique de Val-Jalbert se trouve sur le territoire de Chambord, qui compte de nombreuses entreprises d’hébergement et de restauration, des campings et un centre de santé et spa. Son Festival du Cowboy revient chaque été. Station de vidange à proximité du bureau d’information touristique.

Saint-François-de‑Sales

Petite municipalité paisible aux limites de la région du Lac-Saint-Jean, SaintFrançois-de-Sales fait partie de la MRC du Domaine-du-Roy. Fondée en 1888, elle se trouve aux abords de la route 155, au sud de la municipalité de Chambord. Son nom évoque le souvenir du théologien, prêcheur et évêque savoyard François de Sales. Les Salésiens proposent aux voyageurs un terrain de camping doté de tous les services et d’un prêt-à-camper. Le camping possède aussi une aire de jeux d’eau accessible gratuitement tous les jours. Pour les visiteurs qui ne sont que de passage, une pause dans la forêt nourricière leur permettra de découvrir une variété de plantes nordiques comestibles. Il est possible de faire l’autocueillette de bleuets sauvages au milieu des bleuetières où abonde ce succulent petit fruit. Une activité familiale aussi plaisante que savoureuse!

Lac-Bouchette 

La municipalité de Lac-Bouchette tient son nom de l’arpenteur Joseph Bouchette qui effectue, en 1828, une expédition officielle dans la région pour ouvrir de nouveaux territoires de colonisation. Il y découvre un territoire d’une vaste superficie: plus de 900 km². Un endroit propice pour un lieu de culte et de pèlerinage. En 1907, l’abbé Elzéar Delamarre construit une maison et une petite chapelle dédiée à saint Antoine de Padoue. On y accueille les premiers pèlerins dès 1912. En 1915, on ajoute une chapelle consacrée à Notre-Dame-de-Lourdes. Dix ans plus tard, les Capucins prennent en charge le sanctuaire où ils érigent un monastère en 1948. L’Ermitage Saint-Antoine s’inscrit alors sur la liste des cinq sanctuaires nationaux du Québec. En toute saison, les vacanciers apprécient l’Auberge Éva. On retrouve des commerces de détail et des services d’hébergement et de restauration de qualité.

Roberval 

Le tourisme naît à Roberval en 1888 avec l’arrivée du train et l’ouverture du légendaire Hôtel Beemer pour les riches pêcheurs. Depuis 1955, La Traversée internationale du lac Saint-Jean positionne la ville sur l’échiquier mondial de la nage en eau libre. Cette compétition donne lieu à un grand festival à la fin juillet, alors qu’en saison froide, le Festival d’hiver, la Traversée du lac Saint-Jean à vélo et le Village sur glace attirent les foules. Les installations de la marina s’avèrent le point de ralliement général, alors que la Pointe-Scott offre la plage en ville. La Véloroute des Bleuets traverse la ville qui dispose de tous les types d’hébergement et de restauration, en plus du Camping Mont-Plaisant. À voir: le Jardin des Ursulines, l'ÉCONOMUSÉE® de la Boulangerie Perron, le circuit patrimonial et ses trésors architecturaux. 

Sainte-Hedwidge

Blotti au pied des pentes laurentiennes verdoyantes qui encerclent le lac Saint-Jean, Sainte-Hedwidge est un village typique dont la vocation demeure essentiellement agricole et forestière. Dans un décor champêtre, la rivière Ouiatchouaniche y dévale en cascades et en tourbillons. La coquette église blanche, les maisons proprettes et leurs jardins luxuriants, le parc animé, la croix qui s’illumine la nuit... voilà autant d’éléments qui contribuent à séduire le visiteur en quête de paix et d’air pur. Son arrière-pays, dont une large part se situe dans les limites de la zec de La Lièvre, attire un grand nombre de chasseurs et de pêcheurs. Adeptes de motoneige et de quad trouvent ici un terrain de pratique sans frontières. Sainte-Hedwidge invite à une expérience de canotage en pleine nature et peut assurer à ses visiteurs plusieurs services, la restauration ainsi que l’hébergement en gîte.

Mashteuiatsh

À l’origine, le territoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean était peuplé par les Pekuakamiulnuatsh (Montagnais), seule communauté autochtone de la région toujours implantée à Mashteuiatsh. La tradition d’accueil et de ralliement se perpétue chaque été lors du Grand rassemblement des Premières Nations du Québec, durant lequel se tient un pow-wow coloré. Initiez-vous à la culture au Carrefour d’accueil Ilnu ou vivez l’expérience autochtone en séjournant en territoire montagnais. Mashteuiatsh est aux premières loges du coucher de soleil rougeoyant sur le Pekuakami (lac Saint-Jean). La tradition, l’histoire, l’art et l’artisanat sont présents dans les boutiques et galeries, de même qu’au Musée amérindien qui reflète aussi la réalité contemporaine des Pekuakamiulnuatsh. Au Nikuishkushtakan, dites kuei («bonjour») à l’arrivée et niaut («au revoir») au départ! 

Saint-Prime 

Sur la route qui ceinture le lac Saint-Jean, Saint-Prime est un village où l’agriculture, la forêt, la production et la transformation laitières ont toujours joué un rôle déterminant. La Vieille Fromagerie Perron rappelle cette page d’histoire où chaque rang possédait sa fromagerie. C’est là que les gens de Saint-Prime se sont fait la main à l’élaboration du fromage, produisant encore aujourd’hui un cheddar reconnu jusqu’en Europe. Au mois d’août, venez profiter du Festival du fromage et du terroir. Le village a également connu une industrialisation marquée avec l’implantation d’industries de haute technologie. Outre cela, Saint-Prime dispose d’équipements touristiques comme une marina, une rampe de mise à l’eau, une plage publique surveillée dont l’accès est gratuit, un camping et un club de golf en bordure du lac Saint-Jean. La Véloroute des Bleuets sillonne ce milieu champêtre

Saint-Félicien 

Ville naturellement dynamique et touristique, Saint-Félicien vous propose un contact avec la nature lors d’une balade au Parc de la Chute-à-Michel. Relié à la Véloroute des Bleuets, ce lieu mène au planétarium, au karting et à l’autodrome. En chemin, admirez la descente des kayaks dans les rapides de la rivière Ashuapmushuan. Au centre-ville, animez vos soirées à la Féliscène ou appréciez le patrimoine historique au parc du Sacré-Cœur. Amateurs de vélo de montagne, rendez-vous dans les sentiers du Site du Tobo-Ski! L’hiver, des glissades ainsi que des pistes pour le ski de fond ou alpin, la raquette ou le vélo à pneus surdimensionnés vous y attendent. Plusieurs sentiers de motoneige mènent sur la rivière, où vous découvrirez le Village Boréal. Été comme hiver, dégustez nos saveurs locales et visitez le Zoo sauvage, un incontournable pour toute la famille!

La Doré 

La Doré est le paradis de la pêche, de la chasse et des grands espaces ! Elle vous fait revivre l’histoire forestière avec son Moulin des Pionniers, un site culturel et récréotouristique. Elle vous encourage à prendre part à une foule d’activités : randonnées dans les sentiers pédestres et équestres, quad, motoneige ou raquette. Baladez-vous à travers la Branche Ouest du bassin du Saint-Maurice ou encore près du belvédère de la Petite Chute à l’Ours qui révèle toute la puissance de la rivière Ashuapmushuan. La Doré est aussi l’hôtesse du renommé Festival des Camionneurs, en été, et du Rallye des loups, en hiver (compétitions de snowcross), où des milliers de personnes se donnent rendez-vous pour fraterniser. Membre de la Fédération des Villages-relais du Québec, La Doré vous comble avec tous les services offerts aux voyageurs : restauration, gîtes et hôtellerie.

Normandin

Au cœur de l’immense plaine agricole du nord du Lac-Saint-Jean, Normandin offre aux visiteurs une nature éblouissante à découvrir via son circuit écotouristique où attraits et produits locaux illustrent bien le caractère entrepreneurial de sa population. Porte d’entrée parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean, le Site touristique Chute à l’Ours se démarque par la proximité de la rivière Ashuapmushuan et ses rapides impétueux. On peut aussi apprécier les paysages champêtres à partir de la Véloroute des Bleuets. À visiter: le parc historique du Centenaire, au centre-ville, l’ÉCONOMUSÉE® du Pelletier-Bottier et de la Taxidermie, la Bergerie du Nord et la Fromagerie La Normandinoise. L’été, le site des Grands Jardins propose gratuitement l’accès à ses sentiers pédestres et aux jardins communautaires. En hiver: raquette, ski de fond, glissade et patinoire extérieure. 

Saint-Thomas-Didyme 

De la pêche à la chasse, en passant par l’observation de la faune du marais du lac au Foin, la marche en forêt et la cueillette de bleuets, le lien avec la nature est omniprésent. Sur les lacs et les rivières, on aimera canoter, pagayer, se baigner ou profiter de la plage. Quad et motoneige sont aussi au programme. Tandis que le belvédère des rapides Pémonca offre une vue magnifique sur la rivière Ashuapmushuan, celui du lac au Foin, à deux kilomètres du village, permet d’observer la sauvagine. Le Centre de villégiature Lac-à-Jim est un incontournable avec son camping, ses chalets locatifs, son quai et sa rampe de mise à l’eau. On profite du grand lac pour s’adonner au nautisme, pêcher la ouananiche et le doré. Tout près, le Site d’interprétation de la dalle rappelle l’exploitation forestière passée. 

Saint-Edmond-les‑Plaines

Saint-Edmond-les-Plaines réserve de belles surprises à ceux qui aiment sortir des sentiers battus. Fortement attaché à l’histoire de ses pionniers agriculteurs et bûcherons, le village présente plusieurs attraits pittoresques, notamment Héritage Agricole Lac-Saint-Jean, où il est possible d’admirer des centaines de pièces agricoles illustrant le savoir-faire de nos ancêtres. On peut aussi visiter le parc du Vieil Art qui, au milieu des arrangements horticoles, exhibe une série de représentations grandeur nature des métiers et des équipements de travail d’autrefois. Dans le village, on visite l’ancien presbytère de Val-Jalbert (déménagé ici en 1938) devenu aujourd’hui auberge et restaurant. Le 24 juin, on ne rate pas le Festival de la Saint-Jean et ses deux jours  d’activités et de compétitions de toutes sortes. La municipalité est reliée aux réseaux de sentiers de quad et de motoneige.

Albanel 

Albanel se trouve au point de départ de la piste cyclable de 45 km Au fil des rivières, qui s’étire jusqu’à Girardville en pleine forêt et à travers les bleuetières, à partir de la Véloroute des Bleuets. Par la piste ou la route du Premier Rang, on accède au fabuleux site de la Neuvième Chute de la rivière Mistassini. Au cœur du village, venez admirer l’église centenaire Sainte-Lucie et visiter l’ÉCONOMUSÉE® Délices du Lac-Saint-Jean. Profitez du camping qui propose la location de chalets quatre saisons. C’est à l’Association des sportifs que vous pourrez profiter de l’hiver sur les pistes de ski de fond et de raquette (1493, route 169).

Girardville 

Girardville, là où la route s’arrête, mais où l’aventure commence. Située au nord du Lac-Saint-Jean, la municipalité vous ouvre les portes d’un immense territoire au cœur de la forêt boréale. Pour la découverte ou l’expédition, pour quelques heures ou quelques jours, Girardville vous offre une grande variété d’activités quatre saisons telles que canot ou kayak, randonnée, VTT, observation des loups, traîneau à chiens, pêche, trottinette des neiges, motoneige et raquette. Sans oublier la boucle de la Véloroute des Bleuets Au fil des rivières, qui permet de longer les rivières, la forêt boréale et les bleuetières ! On retrouve à Girardville tous les services de base (épicerie, pharmacie, restaurants, station-service, garage, bureau de poste, etc.) et de l’hébergement pour tous les goûts : motel, gîte, chalet et camping au Centre plein air Lac-des-Coudes.

Dolbeau-Mistassini

Au pays des rivières impétueuses et de la forêt sans limites, «la chaleur du Nord du Lac» charme en toute saison. Le site de Vauvert-sur-le-lac-Saint-Jean incarne le visage bucolique de l’endroit avec des kilomètres de plages, des activités nautiques, son camping quatre étoiles, ses chalets rustiques et son centre de services avec resto-bar, terrasse et spectacles. L’hiver, l’endroit devient relais de motoneige (sentier 367). On y pratique aussi la raquette et le ski de fond. La Véloroute des Bleuets traverse la ville. En milieu urbain, le Camping des Chutes longe la rivière Mistassibi, devant le spectacle des eaux agitées de la chute des Pères. Dolbeau-Mistassini, capitale mondiale du bleuet sauvage, célèbre le fruit emblématique de la région lors du Festival du Bleuet. On cueille le fruit à la bleuetière touristique et on savoure le chocolat aux bleuets à la Chocolaterie des Pères Trappistes.

Notre-Dame-de‑Lorette 

Au nord-ouest du Lac-Saint-Jean, sur une des rares élévations de la région, se détache un îlot d’habitations. Avant l’arrivée au village, c’est d’abord l’église de ce hameau paisible qu’on aperçoit, juste avant la croix de chemin. Notre-Dame-de-Lorette fait foi de dernier relais aux portes de la forêt boréale. À la fête du Travail, on craque pour le Festival du Bûcheron, tandis qu’à l’année, une visite au site patrimonial dédié à la drave à l’écluse du lac aux Rats de même qu’un saut au Domaine L’Orée des bois (alcools du terroir) s’imposent. On y trouve aussi des sentiers de quad et de motoneige (Relais Notre-Dame-de-Lorette) ainsi que des activités de ski de fond et raquette. L’été, on profite des sentiers d’hébertisme et de magnifiques plages. Les amateurs de chasse et pêche et de canot-camping adoreront la zone récréative de la Zec de la Rivière-aux-Rats, un espace sauvage de toute beauté.

Saint-Stanislas 

Qui rêve de grands espaces devrait connaître le village de Saint-Stanislas. Tout au nord du Lac-Saint-Jean, l’activité économique locale de ce coin de la région s’appuie sur l’agriculture et l’industrie forestière. On s’arrête Au Clocher, centre multifonctionnel avec mur d’escalade (Haut Clocher) et restaurant au cœur d’une église à laquelle on a donné une nouvelle vocation. La rivière Mistassibi, dans ce secteur, est appréciée des adeptes de rafting, de kayak et de luge d’eau. La municipalité gère un terrain de camping aux abords du lac Éden doté de huit terrains avec services en plus d’espaces sans services. On y trouve également une plage et un sentier de quad. Chaque automne, à la mi-septembre, se tient le Festival du Faisan et l’hiver, le territoire devient un terrain de jeux pour la pratique de la motoneige.

Saint-Eugène-d’Argentenay

Le village de Saint-Eugène-d’Argentenay épouse les méandres de la rivière aux Rats. Au cœur du pays de Maria Chapdelaine, les pionniers se sont établis en 1895, puis autour de la petite église blanche et de la croix de métal qui scintille dans la nuit. On a aménagé quelques endroits permettant d’accéder aux principaux attraits naturels. La halte routière de la chute Évelyne offre des espaces de pique-nique au bord de la rivière. Le parc de la Rivière-aux-Rats, au centre du village, possède un abri, un quai, une rampe de mise à l’eau et de tout nouveaux jeux d’eau. La municipalité a la chance et la possibilité d’offrir dans l’église un théâtre d’été de qualité alliant la comédie et l’histoire.

Sainte-Jeanne-d’Arc 

À la rencontre des rivières Noire et Petite Péribonka, Sainte-Jeanne-d’Arc apparaît comme une municipalité pittoresque. À l’entrée de la municipalité, le Vieux Moulin de Sainte-Jeanne-d’Arc est un site patrimonial admirablement bien préservé qui constitue une découverte historique et visuelle aux abords du barrage. Il vaut la peine d’aller voir le pont couvert situé sur la rivière Noire, d’une longueur de 27 m. La municipalité prend un soin minutieux de ce témoin du passé. Peint en rouge, il compose un tableau romantique dans ce décor de collines. L’agriculture et l’élevage se pratiquent sur une grande échelle à Sainte-Jeanne-d’Arc, comme en témoignent certaines entreprises agricoles d’envergure, telle la ferme laitière Gaston Morin. La Véloroute des Bleuets emprunte les chemins ruraux pour passer par le village qui offre aux cyclistes et visiteurs une aire de repos près du pont.

Péribonka

Cette municipalité, située en bordure de la rivière Péribonka et à l’embouchure du lac Saint-Jean, vous charmera. L’été, le village s’anime pour satisfaire tous les types de visiteurs. Les amateurs de plein air et de sport seront choyés par l’accès facile à l’eau, la proximité de la Véloroute des Bleuets et le parc national de la Pointe-Taillon. La culture est mise en vedette au Musée Louis-Hémon, où on découvre l’univers du roman Maria Chapdelaine. L’Auberge Île du Repos présente une programmation qui plaira aux amateurs de musique. Les services offerts, tels que la marina, la navette nautique, le dépanneur, le camping et la location d’équipements récréatifs, permettent un séjour agréable. Au Bistr’eau Pub Péribonka, mangez la meilleure pomme de terre, icône de l’agriculture locale, en profitant d’une vue magnifique. 

Saint-Augustin

Saint-Augustin est née de l’essor de la colonisation autour du lac Saint-Jean dans les années 1895, celle-ci attirant défricheurs et cultivateurs. Au fur et à mesure que s’installent les familles, le réseau routier et les structures institutionnelles se développent. Saint-Augustin s’étend aujourd’hui sur 105 km2. C’est un endroit où il fait bon vivre et où la forêt, le transport et l’agriculture jouent un rôle majeur dans le développement, notamment grâce à la canneberge et au bleuet. L’hiver, l’Érablière du Lac Ceinture se transforme en relais de motoneige tandis qu’en juin, le Festival de la note en folie attire bon nombre de visiteurs. On trouve ici un marché d’alimentation, une quincaillerie, un garage mécanique, un poste d’essence, un salon de coiffure, d’esthétique et de massage et un bureau de poste.

Saint-Ludger-de‑Milot

Fondée en 1931, Saint-Ludger-de-Milot est située au nord du Lac-Saint-Jean entre les rivières Alex et petite Péribonka. La municipalité mise sur la villégiature pour attirer de nombreux visiteurs. En août, les amateurs de country ne ratent pas l’occasion de participer au festival Milot en Rodéo. Avec sa plage, le camping municipal de Saint-Ludger-de-Milot est aussi fort populaire. Outre ses 78 terrains, on y trouve quelques camps rustiques en bois ronds. Quant aux amateurs de pêche, ils bénéficient d’un accès direct à un territoire de zec comprenant 10 rivières et 600 lacs de pêche. Directement reliée à la Passerelle du 49e — circuit de quad et motoneige de plus de 236 km de longueur — Saint Ludger-de-Milot est un paradis quatre saisons au cœur de la forêt boréale.

Sainte-Monique-de‑Honfleur 

Sainte-Monique-de-Honfleur est entourée d’attraits naturels comme la rivière Péribonka, le parc national de la Pointe-Taillon, le lac Saint-Jean et l’île du Repos. Quelques points d’intérêt dignes de mention sont toutefois à ajouter dans la liste des recommandations. Parmi eux figurent la promenade panoramique surplombant la Péribonka, la Véloroute des Bleuets, la marina et le quai municipal doté d’une rampe de mise à l’eau. Il est à noter que les pistes de VTT ont bénéficié de récents travaux qui ont amélioré la circulation en toute saison. Vous restez pour la nuit? Le camping de la Pointe-Taillon propose 80 sites avec ou sans services, ainsi que 8 chalets équipés. Le site possède sa piscine et offre la possibilité de louer des vélos. Sainte-Monique dispose également de belles solutions d’hébergement en gîte, une merveilleuse façon de prendre un bain de culture locale!

Saint-Henri-de‑Taillon

Saint-Henri-de-Taillon était anciennement connue sous le nom de «La Pipe», car les pionniers s’arrêtaient à cet endroit pour fumer la pipe et se reposer. Pourquoi ne pas en faire de même? Sur les bords d’une véritable mer intérieure, la municipalité invite au farniente et au plaisir. Avec ses deux attraits naturels majeurs, des plages absolument magnifiques se déroulant sur plusieurs kilomètres et le parc national de la Pointe-Taillon, elle est le paradis des amateurs de baignade, de camping et de vélo. Remuez vos orteils dans le sable blond et doux des plages Belley, Wilson ou celles du parc national. Plongez dans les eaux chaudes du lac Saint-Jean. Admirez des couchers de soleil mémorables à la marina. Baladez-vous à vélo sur un réseau cyclable de plus de 45 km, dont 16 sont reliés à la Véloroute des Bleuets. Et endormez-vous au son des vagues… Saint-Henri-de-Taillon n’attend que vous !

Labrecque

Le lac Labrecque est devenu le refuge de nombreux amateurs de villégiature, plein air, pêche, activités nautiques, motoneige, quad, hydravion, randonnée pédestre, raquette et grands espaces. Tout autour de ce grand plan d’eau, les chalets se sont construits et les villégiateurs ont afflué pour profiter de l’environnement agréable. Labrecque propose un terrain de camping, des sentiers de quad quatre saisons et le relais motoneige du Massif aux trois lacs à partir duquel sont aménagés 18 km de sentiers de randonnée pédestre et de raquette autour des lacs Tommy et Chabot. Plusieurs abris, tables de pique-nique et bancs sont dispersés sur le sentier. Les principaux services sont regroupés au village. Station de vidange au quai municipal.

Lamarche

Au nord-est du Lac-Saint-Jean, Lamarche attire de nombreux touristes heureux d’y découvrir le lac Tchitogama et la rivière Péribonka. Avec ses 130 km navigables, c’est l’endroit parfait pour les sports nautiques. On y trouve de nombreuses plages de sable fin, des chutes, le camping Tchitogama et des forêts avec du gibier et du poisson en abondance. Saviez-vous que la plus grande bleuetière de la région est à Lamarche? Les amoureux de nature vont aimer parcourir le Sentier du Lac Tchitogama. Les sentiers des Chutes Blanches et de la Montagne de la Tour sont accessibles par voie navigable. Quant au Centre Plein Air Mont-Vilain situé sur le site de l’ancienne scierie à bois de la compagnie Abitibi-Price, c’est une station touristique 4 saisons pour découvrir les beautés naturelles du territoire. En période hivernale, c’est le rendez-vous des motoneigistes avec sa neige en abondance.

L’Ascension-de-Notre‑Seigneur 

Le dynamisme de la communauté de L’Ascension-de-Notre-Seigneur s’appuie sur les secteurs agroforestier, industriel et commercial ainsi que sur quelques services et attraits touristiques notoires. Son vaste territoire est principalement délimité par la frange nord de la ville d’Alma et la rivière Péribonka. L’entreprise horticole Jardin Scullion s’y démarque avec ses jardins audacieux, ses activités pour les enfants et la découverte de la forêt boréale qu’elle propose. Les amateurs de loisirs nautiques utilisent la rampe de mise à l’eau pour naviguer sur la rivière balisée jusqu’au barrage Péribonka IV sur une distance d’une centaine de kilomètres. Cette destination est prisée par les adeptes de motoneige et de quad avec son restaurant-relais. Le festival L’Ascension en Fête s’y déroule à la mi-août et son Carnaval d’hiver, à la mi-février. Camping et station de vidange sur la 4e Avenue.

Saint-Nazaire

Au Lac-Saint-Jean, Saint-Nazaire est une petite municipalité bien de son temps. Un petit tour dans le quartier Boréal vous en convaincra. Cet écoquartier aux allures scandinaves a aménagé de nombreux espaces verts. Parmi les incontournables, mentionnons le camping Base plein air de Saint-Nazaire, qui en hiver est un relais de motoneige, et l’Orée des Champs, une entreprise agroalimentaire en pleine expansion avec sa table champêtre et sa ferme de production bovine. L’Orée des Champs offre même un service de traiteur, si vous voulez emporter pour goûter. Mi-février, on ne rate pas le Fest’hiver, tandis qu’on attend la mi-août pour profiter du festival L.M. Country.

Alma

La «ville de l’hospitalité» est située à la convergence des routes, des circuits cyclables, des rivières et du lac Saint-Jean. L’Odyssée des Bâtisseurs témoigne de son histoire industrielle et de l’importance de l’eau dans son évolution. Centre névralgique de la Véloroute des Bleuets, on y retrouve le centre d’information, un stationnement gratuit à proximité du bateau passeur sur la Grande Décharge, Le Maligneau, et offre l’accès au réseau cyclable urbain et à l’une des cinq zones Wi-Fi publiques. Plage, camping, hébergement, théâtre d’été et croisières au Centre de villégiature Dam-en-Terre. Découvrez un Circuit d’art public, de même que le Festival des bières d’Alma, en juillet, qui souligne l’excellence des brasseurs régionaux, dont les trois microbrasseries locales. La ville est certifiée 5 Fleurons du Québec.

 

Saguenay

Arrondissement Jonquière

Outre le plaisir de flâner dans les cafés et sur les terrasses de la rue Saint-Dominique, ou encore dans les boutiques du Carré Davis d’Arvida, il faut aussi découvrir le parc de la Rivière-aux-Sables, le Centre d’histoire et le parc commémoratif Sir-William-Price. Les cyclistes profitent de 120 km de circuit cyclable, dont le Horst de Kénogami (45 km) en lien avec la Véloroute des Bleuets et la Véloroute du Fjord du Saguenay. Pour la randonnée, il y a les Sentiers du Saguenay (14 km) et le Centre touristique du Lac-Kénogami (45 km). Les motoneigistes trouvent ici des sentiers de qualité, avec la traversée vers les Monts-Valin. En hiver, le festival Saguenay en Neige éblouit avec ses sculptures de neige. Jonquière offre un vaste choix de restaurants gastronomiques et populaires, de lieux d’hébergement et de terrains de camping, sans oublier le magnifique plan d’eau qu’est le lac Kénogami. 

Arrondissement Chicoutimi

Au cœur de Saguenay, l’arrondissement de Chicoutimi réunit en son centre-ville un grand nombre de points d’intérêt, de restaurants et d’hébergements. C’est la ville culturelle par excellence. REGARD, le festival international du court métrage, en met plein la vue sur grand écran. Au printemps, le Festival Jazz et Blues présente une programmation de haut calibre, tandis que le Festival international des Rythmes du Monde fait vibrer tout le monde. Au centre-ville, le Festival des Bières du Monde et le Festival des vins de Saguenay attirent leur lot de fins connaisseurs. La visite de l’historique Pulperie de Chicoutimi et de son Musée régional s’impose, alors que tout près, dans le quartier historique du Bassin, on ira admirer la très médiatisée Petite Maison Blanche ayant résisté au «déluge» de 1996. On termine le tout par une sortie en famille au Parc Mille Lieux de la colline.

Arrondissement La Baie

Aux abords du fjord du Saguenay, le centre-ville de La Baie est une destination commerciale et touristique enviée. Vu le dynamisme de centaines de commerces et de nombreux artistes et artisans résidants, l’ambiance est festive à longueur d’année. Depuis 30 ans, la fresque théâtrale La Fabuleuse raconte l’histoire d’un Royaume, tandis que le festival Les Grandes Veillées met de l’avant les musiques traditionnelles, en août. Son quai d’escale où accostent des navires de croisières internationales accueille les touristes par milliers. La ville portuaire est aussi traversée par la Véloroute du Fjord du Saguenay, une piste cyclable s’étirant jusqu’au Musée du Fjord où on découvre le patrimoine naturel et historique de la région. L’hiver, sur un fjord gelé, 1 200 cabanes créent un véritable village, royaume de la pêche blanche. Aussi: ski alpin, ski de fond, raquette, motoneige et kitesurfing.

Larouche

Au centre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, à égale distance entre Saguenay et Alma, la municipalité de Larouche regorge de lacs et de rivières et jouit d’un accès privilégié à la rivière Saguenay et au lac Kénogami. Fondée en 1895, la ville a pourtant les deux pieds dans la modernité, comme le prouve son slogan «L’avenir s’imagine ici». On y trouve un parc industriel - accessible par autoroute et voie ferrée - et de nombreux développements domiciliaires qui, d’année en année, font croître la population de Larouchois et Larouchoises. Ici, on est fiers de pouvoir profiter d’un territoire inspirant - 88 km carrés de beautés naturelles - offrant une qualité de vie exceptionnelle au cœur de la nature. Larouche possède d’ailleurs de nombreux accès aux sentiers de motoneige et de quad.

Saint-Charles-de‑Bourget 

Ce hameau pittoresque compose un tableau visuel harmonieux avec ses quelques résidences qui forment l’ensemble patrimonial de place des Ormes, blotties entre la petite église érigée en 1915, les champs cultivés et le panorama de la rivière Saguenay en arrière-plan. Saint-Charles-de-Bourget profite de la rivière grâce à son quai et à sa rampe de mise à l’eau de bateaux (gratuite) où se trouvent à proximité une aire de repos, un camping d’accommodation et des installations sanitaires. Dans l’église, voyez une exposition des tableaux de l’artiste peintre Linda-Pierre Bélanger. Dans la nature environnante, le marais du lac Duclos (intersection du 3e Rang et de la route Racine) présente un intérêt ornithologique. Un sentier d’interprétation permet aux marcheurs d’atteindre un monticule rocheux offrant une très belle perspective ainsi qu’une terrasse naturelle surplombant un second marais.

Saint-Ambroise 

Les colonisateurs de Saint-Ambroise, en 1870, ont été attirés par la qualité des terres agricoles. Encore aujourd’hui, les champs de pommes de terre, les bleuetières et les champs de canola démontrent que la vocation première est toujours bien vivante. Les nombreux lacs ont attiré leur lot de villégiateurs, alors que la municipalité s’est dotée d’une foule de services. Les sentiers de quad et de motoneige sillonnent son territoire et un circuit cyclable parcourt la ville, qui possède des infrastructures récréotouristiques et culturelles en plus d’un secteur commercial dynamique. L’arrière-pays vous convie à la découverte du sentier pédestre de la puissante chute Gagnon. Le Festival de la chanson de Saint-Ambroise, à la mi-août, fait toute la place à la jeunesse et à la relève. Camping, animation, services aux campeurs et stations de vidange. 

Bégin 

Le village de Bégin est situé en marge de la route reliant le secteur nord de l’arrondissement de Chicoutimi et le Lac-Saint-Jean. Voisin de Saint-Ambroise, Bégin abrite une communauté avenante. Le village est doté d’un centre de plein air qui se distingue par l’originalité de ses aménagements. Le Club Perce-Neige est l’endroit parfait pour la pratique familiale de nombreuses activités en toute saison. On y trouve une trentaine de kilomètres de sentiers entretenus et balisés pour la marche, la raquette et le ski de fond. Des sculptures animalières ou autres, un pont suspendu et des belvédères sont aménagés pour la pause et le pique-nique. Les sentiers de quad convergent vers le relais du Club Perce-Neige toute l’année, comme ceux de motoneige. Dans un environnement verdoyant, Bégin possède également un terrain de golf de neuf trous tout près d’un camping avec services, vidange et propane. 

Saint-David-de‑Falardeau

Le terrain de jeux hivernal de Saint-Davidde-Falardeau, haut lieu de villégiature de la région, compte plus de 1 000 chalets, dont près 600 dans le village alpin de la station de ski Le Valinouët. Ici, on a tout pour séduire: des sports de glisse à la raquette, en passant par la motoneige, le vélo à pneus surdimensionnés, les hébergements originaux de qualité, la diversité de la restauration et les bains nordiques. Pour découvrir un lieu différent, ouvert à l’année, rendez-vous au Zoo de Falardeau, qui est aussi un refuge animalier. À proximité, un sentier de randonnée pédestre enjambe et remonte la rivière Shipshaw jusqu’à la chute aux Galets. Spectaculaire! Après tout ça, on passe à la Distillerie du Fjord, question de goûter au fameux Km12, un gin de renommée internationale distillé au pied des Monts-Valin.

Saint-Honoré

Au pied des Monts-Valin, à 10 minutes de Saguenay, Saint-Honoré offre un réseau d’infrastructures et de services favorisant une économie dynamique et diversifiée. La Microbrasserie Saint-Honoré est un passage obligé pour déguster l’une des bières locales produites sur place. On trouve également d’excellents produits issus de la boréalie dans les commerces locaux. La mine Niobec, seule mine de niobium en Amérique du Nord, est elle aussi établie à Saint-Honoré. Située à mi-chemin entre Tadoussac et Saint-Félicien, Saint-Honoré occupe une position stratégique pour le touriste désireux de profiter de ses sentiers pédestres, des gîtes, des auberges et des terrains de camping. Son aéroport peut aussi accueillir l’aérotourisme. Saint-Honoré offre l’accès direct à des zecs de la région, pour la pêche et la villégiature, en plus d’être connectée aux sentiers fédérés de motoneige et de VTT. 

 

Route du Fjord

Ferland-et-Boilleau

Née du regroupement des deux municipalités de Ferland et de Boilleau en 1978, Ferland-et-Boilleau demeure une localité paisible qui s’étire sur des dizaines de kilomètres au fil de la vertigineuse route 381. Elle se développe avec l’industrie forestière à compter de 1890. Cette vocation continue d’assurer la subsistance des Ferboilliens qui jouissent du privilège d’habiter au sein d’un théâtre naturel situé entre le Saguenay et Charlevoix, dans un secteur de hautes montagnes et de lacs. La municipalité gère deux campings: l’un, sans services, sur le Grand lac Ha! Ha! et l’autre, avec services et location de chalets, au Petit lac Ha! Ha!, avec kayak de mer, canotage, randonnée pédestre, pêche et raquette hors-piste. On croise, près de la route 381, le pont couvert du lac Ha! Ha!. Le belvédère de la halte routière surplombant la montagne Dufour offre un point de vue grandiose.

Saint-Félix-d’Otis 

Avec l’ajout des villégiateurs, la population de Saint-Félix-d’Otis triple en été. Sur son immense territoire, au sud du Fjord du Saguenay, on dénombre 189 lacs qui font le bonheur des pêcheurs et des amateurs de loisirs nautiques. La forêt comble les chasseurs, les mordus de raquette et de randonnée pédestre ainsi que les adeptes de motoneige et de quad. Au cœur de l’action, le grand lac Otis demeure un haut lieu de villégiature à proximité de la ville de Saguenay. Le camping municipal possède la seule plage publique du secteur. Saint-Félix-d’Otis est un village fleuri dans un décor qui a séduit de grands cinéastes québécois et étrangers. Partant des décors construits sur place, le Site de la Nouvelle-France s’est implanté à L’Anse-à-la-Croix, à la rencontre du fjord et de la baie des Ha! Ha!, avec un attrait historique majeur reconstituant la ville de Québec au 17e siècle.

Rivière-Éternité 

Porte d’entrée du parc national du Fjorddu-Saguenay et des phénomènes naturels extraordinaires que sont la baie Éternité et le cap Trinité, Rivière-Éternité a commencé à séduire les croisiéristes et les artistes il y a près de deux siècles. Encore aujourd’hui, ils tombent sous le charme, tout comme les nombreux adeptes de plein air, de camping, de pêche, de randonnée, de kayak de mer, d’escalade et de via ferrata. La statue de Notre-Dame-du-Saguenay demeure un monument national. Le long circuit de marche Notre-Dame-Kapatakan, le «petit Compostelle» de 215 km, commence à Rivière-Éternité. En hiver, vivez l’expérience de la pêche blanche, du ski, de la raquette, de la longue randonnée et de la motoneige. Visitez le parc des Artistes pour admirer la crèche géante au cœur du village. Symposium d’art contemporain en octobre.Hébergement en gîte, en auberge et en camping.

L’Anse-Saint-Jean

L’Anse-Saint-Jean est un Village-relais situé aux abords du fjord du Saguenay. Venez vivre des activités de plein air et profiter des divers hébergements. Montez jusqu’au belvédère de l’Anse-de-Tabatière pour observer le fjord. Découvrez-le à la voile, en hors-bord, en kayak ou en navette maritime. Sentiers pédestres, piste cyclable, vélo de montagne, pêche et équitation vous attendent, en plus d’un symposium de peinture en automne. Le village arbore des trésors architecturaux comme le pont couvert et des maisons d’époque. La station touristique du Mont-Édouard vous offre le ski alpin, le ski de haute route, le ski de fond, la glissade sur chambre à air et la raquette. Édouard-les-Bains propose aussi une expérience de bains nordiques. Le territoire est un terrain de jeux pour la motoneige, le traîneau à chiens et la pêche blanche. Plusieurs restaurants, boutiques et diverses festivités vous attendent. 

Petit-Saguenay

Avec ses couchers de soleil sur un fjord à perte de vue, le quai reste un lieu privilégié pour s’imprégner de la beauté du Saguenay. À l’anse Saint-Étienne, on observe des bélugas dans un décor enchanteur, et les nombreux sentiers accessibles toute l’année plaisent aux amateurs. L’été, la pêche au saumon, le kayak de mer, la chasse et le canotage comblent les plus aventuriers. L’hiver, dans une nature immaculée, la raquette, le ski et la motoneige prennent le relais. L’automne, le symposium de peinture célèbre les couleurs d’une nature qui s’endort. Artisans et fermiers font découvrir le terroir local, alors que les auberges, les gîtes et les chalets bucoliques promettent un accueil des plus chaleureux.

Saint-Fulgence 

Saint-Fulgence est choyé par une nature riche et certains attraits originaux. Agréé Village-relais, il développe son potentiel écotouristique et agrotouristique, en plus de culturel avec le théâtre d'été La Maison coupée en deux. L’Anse aux Foins présente une flèche littorale qui marque la naissance du fjord du Saguenay. S'y retrouvent plusieurs pêcheurs et kitesurfers. Les battures de Saint-Fulgence constituent un milieu privilégié pour la faune ailée et les ornithologues amateurs. Le Parc Aventures Cap Jaseux accueille adeptes de plein air, kayakistes, pêcheurs et campeurs. Ses formules d’hébergement expérientiel, sa via ferrata et son parcours Fjord en arbres sont très prisés par les familles. Saint-Fulgence est la porte d’entrée du parc national des Monts-Valin et de la zec Martin-Valin

Sainte-Rose-du‑Nord 

Surnommé «la perle du fjord», ce village fait partie de l’Association des plus beaux villages du Québec. Enclavé dans une charmante petite vallée verdoyante, sur la rive nord du fjord du Saguenay, le village de 440 âmes s’appelait autrefois «La Descente-des-Femmes». Une anecdote historique raconte que des Amérindiennes se rendaient sur les falaises surplombant l'anse à Théophile afin d’attendre leurs hommes partis à la pêche. Pour les rejoindre, elles se laissaient glisser le long d’une pente peu abrupte, ce qui leur évitait d’emprunter des sentiers tortueux. Aujourd’hui, Sainte-Rose-du-Nord a une vocation touristique et artisanale. La splendeur panoramique des lieux attire en toute saison nombre de photographes, de peintres et d’amants de la nature. L’été, les bateaux sont nombreux à accoster au quai. L’hiver, la pêche blanche sur le fjord rassemble son lot de mordus.

Sacré-Cœur-sur-le‑Fjord-du‑Saguenay 

Sacré-Cœur-sur-le-Fjord-du-Saguenay est une destination écotouristique à découvrir pour ses attraits naturels et la multitude d’activités qu’elle propose. Située au cœur de la Vallée de la biodiversité, elle abrite le Centre d’interprétation du béluga à la baie Sainte-Marguerite, point de départ de sentiers de courte et longue randonnée pédestre. Un belvédère permet l’observation terrestre de la baleine blanche avec un naturaliste du parc national du Fjord-du-Saguenay. Parmi les activités à faire: kayak de mer, croisière sur le fjord, randonnée équestre, quad, motoneige, vélo sur la piste cyclable et observation de l’ours noir en forêt ou du saumon de l’Atlantique, qui est pêché sur la rivière Sainte-Marguerite, séjours à la ferme et activités familiales. Faites le détour du côté du quai de l’Anse-de-Roche pour contempler le fjord à son meilleur. On trouve à Sacré-Cœur une grande variété d’hébergements.

Tadoussac

Tadoussac est reconnu pour l’observation des baleines. À bord de bateaux d’excursion ou de bateaux pneumatiques, des guides interprètes vous en apprendront plus sur les mammifères marins du Saint-Laurent. Les hautes dunes offrent un des meilleurs endroits en Amérique du Nord pour observer la migration de plus de 80 espèces d’oiseaux. Tadoussac possède plusieurs sentiers de randonnée pédestre en plus d’être le point de départ du sentier de longue randonnée Le Fjord, proposé par le parc national du Fjord-du-Saguenay. Découvrez l’histoire du village en visitant la réplique du poste de traite Chauvin et la Petite chapelle. Ne manquez pas le Festival de la Chanson, le Happening de peinture, le Festival des oiseaux migrateurs, la première Biblio-Plage au Québec et le Petit marché tous les samedis de l’été. Excursions en kayak de mer, campings, gîtes, boutiques et restaurants variés.